L’armée de l’air américaine se prépare à piloter des bombardiers centenaires

B-52. Photo: Wikimedia
B-52. Photo: Wikimedia

L’armée de l’air des États-Unis entre dans une nouvelle ère avec l’introduction de son dernier bombardier furtif, le B-21 Raider, tout en planifiant de retirer ses vétérans, le B-1 Lancer et le B-2 Spirit. Cette transition fait partie d’un plan ambitieux pour renouveler et renforcer la flotte de bombardiers du pays.

Au cours de la prochaine décennie, l’armée de l’air prévoit d’établir une flotte composée d’au moins 100 unités du B-21 moderne et de 76 B-52, qui sont mis à jour dans le cadre d’un programme de modernisation. Ce plan de révision, évalué à impressionnants 48,6 milliards de dollars, vise à maintenir le B-52, désormais désigné B-52J, opérationnel jusqu’à environ 2060. Cela est remarquable, étant donné que le dernier B-52 livré en 1962 était censé durer seulement 20 ans, comme souligné dans le rapport de l’inspecteur général du ministère de la Défense en novembre 2023.

B-21 Raider. Photo: Wikimedia
B-21 Raider. Photo: Wikimedia

La modernisation du B-52J comprend le remplacement des moteurs Pratt et Whitney TF33 des années 60 par des moteurs F130 plus modernes fabriqués par Rolls-Royce, une initiative faisant partie du programme de remplacement des moteurs commerciaux d’un montant de 2,6 milliards de dollars. Le premier B-52J mis à jour devrait commencer les tests au sol et en vol d’ici la fin de 2028, avec plus de B-52 recevant de nouveaux moteurs au cours des années 2030.

En plus de la mise à jour des moteurs, le B-52J sera également équipé d’un nouveau radar moderne, d’avioniques améliorées, de l’arme Long Range Standoff pour des frappes nucléaires à distance, de mises à jour de communication, du remplacement des cadrans analogiques par des affichages numériques, de nouvelles roues et freins, parmi d’autres améliorations significatives.

Actuellement, sur les 744 Stratofortresses construits entre 1954 et 1962, seulement 10 % restent en service, et le taux de capacité de mission de l’appareil a diminué au fil des ans, passant de 78 % en 2012 à 59 % en 2022.

B-52 pendant la guerre du Vietnam, 1960. Photo: Flickr
B-52 pendant la guerre du Vietnam, 1960. Photo: Flickr

Cette modernisation ne consiste pas seulement à maintenir les avions en vol, mais aussi à les préparer pour d’éventuels conflits futurs contre des adversaires susceptibles de refuser l’espace aérien aux États-Unis et à leurs alliés. Avec les changements prévus, l’armée de l’air américaine cherche à garantir que ses bombardiers, tant les nouveaux B-21 que les B-52 revitalisés, soient prêts à relever tout défi qui pourrait survenir sur la scène mondiale.

Source: DefenseNews

  • arrow